Départ du Père Etienne

Le mot d’au revoir de l’EAP

 

Cher Père,

« Allez, de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit».

Cet appel à la mission, vous l’avez entendu il y a 8 ans en venant à Lille, depuis votre beau pays du Cameroun, et, à la suite des missionnaires qui tout au long des siècles ont parcouru le monde pour enseigner, vous êtes venu habiter chez nous, dans nos froides terres du Nord, vous mettre au service de notre recherche de Foi et de Charité.

Et cela n’a pas dû être facile, malgré l’accueil réputé «chaleureux » de nos contrées !

Je me souviens de nos discussions à votre arrivée !

Le premier samedi, vous étiez allé à la paroisse, comme vous le faisiez habituellement. Et il n’y avait personne ! Vous avez alors appelé le curé pour savoir ce qui se passait et si nous étions bien samedi. En effet, dans les paroisses du Cameroun, le samedi, toute la communauté est présente pour préparer la messe du dimanche : servants d’autel, chorale, etc… tous s’agitent pour que le Dimanche soit une fête. Le silence de nos églises et de nos centres paroissiaux le samedi a dû vous paraître bien pesant pendant les premières années.

Malgré cela, vous êtes entrés dans notre Communauté avec beaucoup de Joie pour nous.

Vos enseignements, toujours très fouillés et revenant au sens premier des textes et des mots, nous ont aidés à progresser dans la connaissance et la compréhension des Ecritures Saintes. Cette soif de vérité et d’exactitude nous a été précieuse et est une marque de l’exigence de votre pensée.

Un journaliste qui vous poursuivait pour que vous vous exprimiez sur une des nombreuses lois sociétales françaises, qu’il qualifiait de progrès parce que d’évolution moderne nécessaire, en avait fait les frais ! Il est reparti avec votre questionnement sur le sujet !

Proches des familles, vous n’étiez pas avare de votre temps auprès d’elles et c’est bien volontiers que vous alliez passer du temps chez les uns et chez les autres.

Ces années parmi notre Communauté ont été également consacrées à votre thèse centrée autour d’Alioune Diop, intellectuel Sénégalais chantre de la culture africaine et grand ambassadeur de sa modernité. Vous y avez passé beaucoup de temps, jusqu’à cette soutenance l’automne passé qui a vu ce travail couronné de succès.

C’est peut-être chez lui que vous avez trouvé la source de votre pensée, vous qui avez été très attaché à nous faire découvrir la modernité que l’on peut trouver dans la tradition et la grande liberté qui peut s’y rattacher. C’est le propre des paroles de Vie que le Christ nous a laissées.

Voici maintenant le temps de retourner sur votre terre natale, y poursuivre la mission que votre évêque vous confie. Quelle qu’elle soit, n’oubliez pas vos paroissiens du Nord ! Eux ne vous oublieront pas et continueront à vous porter dans leurs prières. Envoyez- leur de la chaleur de votre terre et de vos Paroisses. Que vos communautés, où les familles restent le ciment privilégié de la société, prient pour nos familles, qui sont fragilisées et souvent dans la tourmente de la fausse modernité.

Et nous, il nous reste à vous remercier pour toutes ces années avec la Paroisse de Notre Dame de Pentecôte.

Bon retour et que Dieu vous garde.