Mots-clés :,

24h pour Dieu !

Nous sommes saturés d’images et de nouvelles bouleversantes qui nous racontent la souffrance humaine et nous sentons, en même temps toute notre incapacité à intervenir. Que faire pour ne pas se laisser absorber par cette spirale de peur et d’impuissance ?…

Tout d’abord, nous pouvons prier dans la communion de l’Eglise terrestre et céleste. Ne négligeons pas la force de la prière de tant de personnes ! L’initiative  24 heures pour le Seigneur, qui, j’espère, aura lieu dans toute l’Eglise, même au niveau diocésain, les 13 et 14 Mars, veut montrer cette nécessité de la prière”

Pape François

Chers paroissiens, chers amis,

Depuis plusieurs mois, les nouvelles de nos frères chrétiens d’orient nous parviennent toutes plus alarmantes les unes que les autres. Dernièrement ce sont 220 chrétiens qui ont été pris en otage en Syrie, 19 d’entre eux ont déjà été relâchés mais les autres sont encore en grave danger et ont besoin de notre prière.

Par ailleurs, l’escalade de la violence en Ukraine est également très préoccupante. Face à tout cela que pouvons nous faire?  Il me revient ce verset du psaume 32: Le salut d’un roi n’est pas dans son armée, ni la victoire d’un guerrier, dans sa force.”

Oui plus que jamais c’est vers le Seigneur qu’il faut nous tourner. Plus que jamais nous devons nous emparer de la seule arme de la prière pour intercéder et demander la paix. Il me paraît important que nous ne vivions pas cela uniquement à titre individuel mais de prier en communauté, confiants en cette parole de Jésus:

“Si deux d’entre vous s’accordent pour demander quelque chose, mon Père vous l’accordera.” Mt 18, 19

 

Le  Pape François dans son message de carême demande de vivre une démarche de prière et de conversion dénommée “24h pour le Seigneur“. Nous proposons de vivre cette démarche ensemble le vendredi 13 Mars. 

  • 8h messe suivie de l’exposition du Saint Sacrement toute la journée
  • 18h chapelet
  • 18h30 messe puis adoration jusque 22h.

N’hésitez pas à relayer ce message autour de vous

Père Bertrand Goret