19
AVR
2014

Homélie du Vendredi Saint

“Tout est accompli”

Et nous traduisons souvent dans nos fragilités humaines que tout est fini.

Et dans la peine et le désarroi, nous avons envie d’ajouter que tous nos espoirs sont balayés, Oui tout semble perdu alors que nous sommes au Golgotha, devant le roi des juifs crucifié tel un malfaiteur.

Mais non, plutôt devrions nous dire : « l’heure est venue ». A l’issue d’un procès inique, dans le mépris et la dérision, dans une souffrance morale et physique indicibles, le Fils achève la mission que le Père lui a confiée. De la croix plantée dans les ténèbres, du mal déchainé, la mort est anéantie par le Christ dans la seule force de l’amour : c’est désormais l’heure du salut, l’heure du Père retrouvant son Fils, se enfants.
Tout visage, toute vie, toute mort, toute aventure humaine, toute réussite et tout échec, toute soif, tout est désormais dans l’accomplissement de l’Amour.

Mais fallait-il tant de haine, tant de souffrances, tant de larmes, fallait-il le feu et le sang, les injures la trahison, le reniement, l’enfer, fallait-il que tu subisses tout cela, Seigneur, pour que Dieu nous montre son amour ?

Toi, mon enfant, connais tu la mort dans laquelle tu peux t’enfoncer ?

Connais-tu la peur et l’effroi qui peuvent te saisir demain, après  demain ou à l’heure de la mort,

Connais-tu le martyr des enfants massacrés ?

Connais tu l’injustice subie par ceux que l’on stigmatise pour leur origine, leur manière de  vivre et d’être ?

Connais tu les larmes de ceux qu’on abandonne parce que trop lourds à accompagner, à accepter ou par ignorance ? Connais-tu l’enfer ?

Je connais tout cela, moi ton Seigneur et je porterai tout cela en mon cœur à tout jamais.

Il fallait connaitre pour aimer en vérité.

Il fallait que tu saches, que tu voies, il faudrait que le monde connaisse, sache et voit, pour aimer en vérité,  pour tenir jusqu’au bout dans l’amour et par amour.

“Il rendit l’Esprit”

Désormais tout est accompli dans l’amour, tout est possible dans l’Esprit.

En moi, par moi et avec moi, tout homme sortira des ténèbres pour vivre en Paradis.

Prends mon corps, prends mon sang ; donne mon corps, donne mon sang à tes frères.

Dieu accomplit tout par amour, rien désormais ne s’accomplit plus par force, par pouvoir, par violence ou par jugement ni par peur.

Toi reste avec moi, prie avec moi, donne avec moi, aime comme moi.

Mais toi aussi tu es fatigué, tu es  blessé, toi aussi le péché t’a frappé, toi aussi la mort te  taraude.

Souviens-toi dans ton  enfer, tout est accompli. Aujourd’hui avec moi tu es en Paradis.

Commenter

*

captcha *