19
AVR
2014

Homélie dimanche des rameaux

Is 57, 4-7 ; ps21 ; Ph 2, 6-11 ; Mt 26, 17-27,66

Tant d’hommes et de femmes étaient partis dans la vie pour réussir : “Hosanna, gloire à Dieu “.

Ils ont créé leur entreprise, ils se sont mariés, ils étaient nés dans des parties du monde où musulmans et chrétiens vivaient en harmonie, ils étaient nés dans des familles sans problèmes, aimaient faire de la moto, avaient pris l’avion pour leurs vacances, travaillaient depuis 25 an dans la même entreprise…
Tant d’hommes et de femmes, d’enfants qui légitimement rêvaient d’une vie de fête, de reconnaissance, de bonheur, d’une vie digne vécue dans la justice, le droit et le respect. « Hosanna au plus haut des cieux.. » Et voilà…

Le jeune centrafricain chrétien devenu ennemi du musulman qu’il massacre maintenant ; Anne Sophie et son mari dans les affres de la séparation ; les orphelins de Busiga ; Voilà cette personne qui dit »je ne sais plus où j’en suis dans ma vie » ; ce sont ces célibataires qui vivent avec souffrance leur situation.
Et ces malades, ces personnes en fin de vie, ceux et celles qui peuplent nos hôpitaux, qui portent la couronne d’épines avec Jésus, ces familles divisées ou rongées par la jalousie, ces lieux où la paix est devenue un rêve…Et tout ce que vous avez écrit sur ces planches de bois au long des semaines de carême et qui sont aujourd’hui sur la croix du Christ.

Ils cherchaient la gloire et ont reçu la croix.

Le Fils de Dieu n’a pas fui ces situations. Il les vit, les prend avec Lui non par héroïsme mais par fidélité à Dieu qui n’a d’autre amour que de servir l’humanité, de venir la sauver en Lui donnant d’aller jusqu’au bout de son itinéraire, en lui donnant de dépasser la croix et de chercher l’amour en lui donnant de choisir toujours le chemin non pas des hommes mais de Dieu parmi les hommes. Le Seigneur vient à notre secours, c’est pourquoi je ne serai pas confondu, dit Isaïe
Le Seigneur au milieu de nous, devant nous pour que nous soyons ses disciples au milieu de nos frères. Dieu mon Seigneur m’a donné le langage d’un homme qui se laisse instruire pour que je sache à mon tour réconforter celui qui n’en peut plus, dit encore Isaïe.

Pendant tout ce carême, nous avons porté ces hommes, femmes et enfants, nous avons gravé leur nom sur le bois de la croix et nous continuons à marcher avec eux dans la grande procession du monde. A la suite de Jésus, nous continuons la route parce que nous avons la passion de l’humanité, pour l’humanité.

Alors, chanter aujourd’hui hosanna n’est pas un cri de folie mais la proclamation d’un jour de foi : « Jésus Christ est le Seigneur à la gloire de Dieu le Père ».
Puissions-nous dire à la vue des tremblements de terre, non pas que cet homme était le Fils de Dieu mais qu’Il EST le fils de Dieu.

Commenter

*

captcha *