06
NOV
2012

Homélie des 3 et 4 novembre 2012

31 ème dimanche ordinaire, année B. Par le Père Jean-Luc Morand

Voilà un Evangile plébiscité et s’il y avait un sondage ce commandement serait en tête des réponses.

Bernadette à Lourdes ne dit-elle pas : “aimer, il suffit d’aimer », tout comme sainte Thérèse d’Avila dit “Dieu seul suffit”.

Même ceux qui parlent de mariage pour tous parlent d’amour entre deux personnes (mais amour n‘équivaut pas à mariage, ne mélangeons pas tout).

J’avoue personnellement apprécier d’entendre un enseignement simple, clair et net. Enfin simple, c’est tellement énorme ce qui est dit : « aimer Dieu totalement et son prochain comme soi-même ».D’ailleurs pour Dieu, ne vaudrait-il pas mieux dire, respecter, adorer ou se soumettre ? Quant au prochain : pas facile non plus car si le prochain se laisse aimer de manière virtuelle, qu’en est-il lorsqu’il m’agace, me perturbe, me fait du mal ou que je ne m’aime plus moi-même ? Que devient alors ce beau commandement ?

Le scribe lui-même, dont vous remarquerez qu’il ne vient pas pour mettre Jésus à l’épreuve comme c’est souvent le cas, est lui aussi perdu. Lui qui connait les Ecritures mieux que quiconque, qui les recopie et connait les traditions, qui s’évertue à pratiquer les 613 commandements dans le moindre détail, vient demander humblement au Maitre, où est l’essentiel.

Et jésus lui donne cette réponse un peu nouvelle puisqu’il ajoute comme dans un même mouvement d’aimer Dieu et son prochain. Mais réponse  claire et nette, qui ne demande aucune discussion, puisque personne n’osait plus l’interroger. Le scribe ne s’y trompe pas : « fort bien maître…. ».

Dès lors la parole de Vérité entre dans son peur et elle y fera son chemin : « tu n’es pas loin d du Royaume de Dieu » lui dit encore jésus. Le Royaume est déjà entré en lui.

« Ecoute »

Jésus utilise pour répondre cette profession de foi que tout juif pieux dit chaque matin et chaque soir dans sa prière : Shema Israël, le Seigneur est l’Unique et tu l’aimeras…

C’est donc qu’aimer Dieu c’est l’écouter et l’entendre. C’est vrai pour aimer il faut écouter l’autre, son cœur, ses paroles, ses désirs, son corps… écouter c’est être donné à l’autre.

Lorsque tu écoutes Dieu, tu crois en Lui, tu crois qu’il a les paroles de la vie éternelle ; tu l’aimes et tu aimes qu’Il te parle.

Ecoute Dieu, l’Unique, l’unique Parole qui te donne el bonheur, qui t’ouvre le chemin de la vie juste et bonne.

Frères et Sœurs, qui parmi nous, a écouté dieu et s’en est trouvé mal ? Au contraire il en a été éclairé, réconforté, assuré, encouragé, réorienté.

Ecoute Dieu, c’est la Parole qui descend dans ton cœur et qui ne retournera pas au ciel sans qu’elle ait accompli ce qu’elle affirme.

Ecouter Dieu c’est l’aimer et laisser son amour, inclus dans sa Parole, agir en nous.

Alors nous devenons capables de l’aimer et d’aimer les autres. Accomplir sa parole et obéir ses commandements, c’est la part qui me revient pour correspondre à son amour.

Aimer, c’est donc rester en état de disposition, de service, en interrogation prête à tout dans et pour la vie.

Ecouter Dieu qui nous parle aujourd’hui (le prêtre dit : parole de dieu), qui parle à ses enfants, au monde.

Ainsi pour aimer le monde il faut aussi l’écouter non pas pour le suivre mais pour lui répondre dans l’amour de Dieu qui nous souffle ses sentiments, sa manière, son désir pour ce monde.

Aimer le monde c’est s’asseoir à la table des hommes et des femmes, comme le disait Benoit XVI dans le message final du dernier Synode sur la nouvelle évangélisation. comme le Christ s’est assis au puits de la samaritaine.

Aimer le monde, c’est le souffle du Concile V II.

Aimer le monde et ne pas l’étouffer en lui disant “tais-toi et fais ce que j’aime”.

Vous vous souvenez que jésus disait au scribe : “tu n’es pas loin du royaume ” ; il me semble que l’autre raison pour laquelle Jésus dit cela c’est qu’il s’agit maintenant pour le scribe de passer à l’acte, après avoir écouté.

Car jésus est parole et acte.

Deux propositions peuvent nous aider, en ces mois, dans la paroisse.

Demain, nous commençons l’accueil et le service de la soupe pour les plus démunis. Ecouter Dieu qui dit : » je m’occuperai de toi…pas un  de tes cheveux qui ne soit compté…Dieu qui donne la manne…et servir comme lui. accueillir, écouter les plus pauvres pour leur donner l’amour d dieu.

Autre piste, l’accompagnement de celles et ceux qui ont vécu un sacrement, une célébration dans la paroisse. Dieu est entré dans leur cœur à cette occasion et aimerait tant y rester, continuer la route avec eux. Comment le fera-t-il si ce n’est par nous qui sommes ses disciples ? Nous asseoir avec eux, les écouter et les aimer.

Ecouter Dieu, l’aimer et aimer les autres….

Ne pas choisir entre les deux surtout car à chaque fois que nous sommes proches du cœur de Dieu nous communions à sa tendresse pour tous ses enfants et à chaque fois que nous sommes proches du cœur de nos frères nous nous apercevons qu’ils n’ont pas besoin de nous amis de l’amour de Dieu qui est en nous !

On ne saura jamais aimer Dieu comme il le faut pas plus que notre prochain mais on saura et pourra toujours lui répondre.

Commenter

*

captcha *