15
JUIN
2014

Homélie de la fête de Pentecôte

A, 2,1-11 ; Ps 103 ; 1Co 12, 3-13, séquence, Jn 20, 19-23.

 

Ces textes respirent, insufflent la joie, le dynamisme, l’unité ; ils nous montrent des hommes (et sans doute des femmes) heureux et forts dans leur foi au point d’en témoigner et un monde à qui tout cela est offert. Tout ce à quoi nous aspirons, me semble-t-il. Ceci parce que la Pentecôte et l’Esprit Saint nous correspondent tellement.

La pentecôte c’est l’explosion, l’éclosion de pâques. Il ne nous a pas échappé que ce récit de Pentecôte dans l’Evangile se situe au soir de Pâques et au soir de la Résurrection, il manque quelqu’un : l’Esprit Saint. Il n’y a pas de résurrection sans Esprit Saint.

D’ailleurs lorsque les disciples disent « Seigneur », ils utilisent un terme de résurrection ; c’est l’Esprit Saint qui fait reconnaitre le Christ comme Seigneur, qui ouvre leurs yeux, comme Il les ouvrira pour les disciples d’Emmaüs comme il a libéré la lumière des ténèbres au matin de la création. C’est l’Esprit saint qui donne la foi.

L’esprit Saint frères et sœurs, est celui qui fait découvrir, célébrer et annoncer les merveilles de Dieu : là où les hommes voient de belles choses, de belles réalisations, de l’humanisme, le confirmé y lit la résurrection, la présence de Dieu éternellement vivant.

l’Esprit Saint met en œuvre la résurrection dans la vie de chacun mais donne à l’ensemble de la vivre (cf 1 ère et 2eme lect).

L’Esprit Saint transforme les hommes. Ceux qui étaient sans formation particulière, pécheurs, eux qui ne comprenaient pas grand-chose à Jésus : « Vous n’avez donc pas compris ? », eux qui sont limités à la connaissance de leur culture dans leur langue, eux qui avaient fui à la passion, les voilà qui enseignent au monde entier, aux élites aussi sans doute.

Ils sont guéris, fortifiés, réchauffés, réconfortés, emplis à l’intime, éclairés dans leur foi, selon ce que fait l’Esprit comme nous l’avons prié dans la séquence. Ils sont libérés de la peur et propulsés dans la confiance en Lui : la Parole de Dieu nous parle des dons de la grâce.

Finalement, peu importe l’enracinement d’une personne, son origine, sa foi de »départ », l’Esprit Saint vient perturber les acquis et révéler des perspectives nouvelles, inouïes, divines en chacun de ceux qui l’accueillent, bref els merveilles de Dieu.

L’Esprit Saint permet de savoir que la Parole de Dieu est à l’œuvre. Il met en chacun non seulement la capacité d’annonce la Parole de Dieu mais en la vivant de devenir merveille de Dieu. Et chacun étant alors doté du talent de Dieu, de l’Esprit de résurrection ne peut qu’être membre de ce corps ressuscité, comme le dit l’apôtre Paul aux corinthiens.

L’esprit Saint donne une espérance inouïe. Là où nous ne voyons que blessures et trous dans nos vies et celle des autres, là où nous voyons des présences étranges (ils crurent que c’était n fantôme), là où bon nombre de compatriotes stigmatisent des présences étrangères (comment, toi un étranger tu me parles dit la samaritaine) nous, les chrétiens, y voyons le Seigneur !

Enfin, l’Esprit Saint apporte et donne la paix : « la paix soit avec vous ».

Alors si l’esprit réalise et donne tout cela, s’il est ainsi acteur de résurrection, comment ne pas le désirer ardemment, le proposer à ceux qui ne sont pas confirmés, comment ne pas nous réjouir de ces 9 jeunes adultes de la paroisse qui seront confirmés à la cathédrale tout à l’heure, comment ne pas nous laisser renouveler en lui ?

L’Esprit Saint frères et sœurs, fait de nous des êtres de Pentecôte car c’est là qu’aboutit et se déploie la résurrection. Il fait de nous des êtres de miséricorde et de paix selon l’Evangile. Nous n’avons que cela à donner finalement au monde. Ce que fait le Saint Père aujourd’hui avec les présidents palestiniens et israéliens. Il fait de nous des êtres déverrouillés et déverrouiller. Non nous ne sommes pas faits pas plus que les autres pour être prisonniers des péchés mais bien délivrés.

L’esprit Saint dote de dons extraordinaires pour vivre de la résurrection et donner à en vivre.

Lille nous attend frères et sœurs et nous avons commencé cette œuvre d’Evangélisation avec nos apéro de pentecôte, avec nos cafés théo, avec ces matinées de présence sur le marché, avec notre prière pour la nuit de la paix ce 23 mars qui aboutit aujourd’hui à cette prière à Rome.

Soyons ce peuple de Pentecôte pour dire et être les merveilles de Dieu dans toutes les langues, en tout endroit de la terre.

Commenter

*

captcha *